Le padLOBA

Espace de création et de débat

Le padLOBA

La création artistique nécessite, entre autres, du temps pour prendre forme. Du temps pour chercher, pour rêver, du temps pour voir émerger « la chose artistique », explorer les pistes qui deviendront écriture de texte, de corps, d’espace, d’objet…
J’ai imaginé le padLOBA comme un lieu de résidence et de rencontres, où chaque artiste peut déployer sa recherche, et la confronter à d’autres. C’est dans cet esprit qu’ont été imaginées les ouvertures studio, les parcours de médiation et les disputes artistiques, véritables bulles de réflexion sur les processus de création.

Au cœur de la Ville d’Angers, le padLOBA œuvre à créer un lieu où la parole et la matière artistiques sont au cœur de l’accueil, et viennent nourrir le travail de chacun. Le public est invité à exercer sa curiosité, en découvrant des créations artistiques en cours.

Annabelle Sergent

Télécharger

En s’adressant aux acteurs culturels – artistes, programmateurs, institutionnels, publics curieux… – le padLOBA favorise le croisement des regards, des démarches et des parcours artistiques.

La huitième saison du padLOBA s’articule autour de plusieurs axes :

Des accueils en résidence privilégiés et soutenus (ouverture studios, médiations…) : les résidences
Des temps de rencontres, d’échanges et de débats : les disputes artistiques
Différents parcours de médiation avec des publics scolaires : Les médiations publiques
Des mises à disposition de studios :
les MAD

 

RÉSIDENCES DE CRÉATION

Cinq compagnies locales et nationales sont accueillies en résidence de création pour cette saison 2019-2020 :

 

Du 1er au 8 novembre 2019

Cie LaDude (Rennes – 35)

Béquille / Comment j’ai taillé mon tronc pour en faire des copeaux | théâtre | tout public à partir de 13 ans

Béquille est une fable. Sur fond de harcèlement moral.
Ce serait le combat dérisoire d’un combattant qui dans l’idéal, aimerait rester propre. D’un lord anglais délicat qui se retrouverait au milieu de la jungle poursuivi d’une mouche très tenace, et qui, en tentant de la fuir, car il ne veut pas l’écraser, rase la jungle. Et finit couvert de fientes d’oiseau.
Ou comment on finit par nier son humanité dans un excès de « civilisation ».
C’est l’histoire d’un personnage, Le Chou-Fleur, qui grandit en essayant de contourner sa propre part de violence, mais s’y retrouve confronté de façon répétée.
L’histoire s’articule autour d’un geste, lever le menton pour rester digne, geste trouvé dans l’enfance qui va devenir sa béquille et s’installer au fur et à mesure de sa construction, décliné jusqu’à plus soif jusqu’à ce que le Chou-Fleur découvre le monstre qu’il en est devenu.

Un seul en scène à deux pour une actrice et une éclairagiste.

 

 Du 11 au 17 novembre 2019

Jo Coop Cie (Lorient – 56)

Jean-Pierre et le loup | théâtre burlesque et musique | tout public à partir de 6 ans

Quand le spectacle commence, Jean-Pierre a disparu de sa maison de retraite.
Sur le plateau, dans un cadre rétro, deux personnages, un musicien, chef d’orchestre improbable, et son complice, récitant clownesque, vont raconter à leur façon – la musique et les platines vinyles pour l’un, les mots, maladroits et chaotiques pour l’autre – l’aventure de cet homme qui tenait plus que tout à sa liberté, qui voulait s’amuser et vivre en dépit des interdits. Et de la peur qui rôde…

 

 

Du 20 au 24 avril 2020

Cie Grizzli (La Roche-sur-Yon – 85)

Le garçon à la valise | marionnettes, théâtre d’objets | tout public, à partir de 8 ans

Dans ce spectacle, jeu d’acteurs et manipulation de formes marionnettiques seront étroitement liées, dans la droite ligne de « Tout allait bien quand quelque chose de bizarre arriva », précédente création de la Compagnie.
Ce texte relate l’histoire de deux jeunes enfants contraints de fuir leur pays en guerre. Au cours de leur périple, ils vont affronter tous les dangers.
Au terme de sept voyages, comme Sindbad le Marin, les enfants arrivent à Londres, ce qu’ils croyaient être un Eldorado. À travers ce périple initiatique, Mike KENNY pose un regard tendre et humaniste sur les destins de tous les migrants.

 

Du 1er au 7 juin 2020

Théâtre du Rictus / Marion Solange-Malenfant (Nantes – 44)

Histoires cachées, messages codés | théâtre | tout public

Histoires cachées, messages codés (titre provisoire) part de ce constat. Nous racontons tous des histoires ; des vraies et des fausses, que nous avons traversées ou que l’on nous a rapportées, des anecdotes comme des épopées. Et il y a celles que l’on cache, que l’on enfouit, que l’on ne raconte pas. Qu’elles sont ces histoires que nous laissons dans le noir ? Pourquoi décidons-nous de ne pas, de ne plus raconter une histoire ? Un individu, un groupe, une société peut privilégier une histoire (réelle ou fictionnelle) au détriment d’une autre. Dans les familles, on cache. En politique, on cache. Dans les entreprises, on cache. Entre voisins, on cache… Qu’elles sont ces histoires que nous portons sans avoir les mots pour les dire ? Pourquoi cachons-nous ? Que se passerait-il si nous les disions ?

Tout commence avec l’histoire d’un menuisier français du 19e siècle qui écrivait les secrets de son village sous les planchers qu’il construisait. Ne pouvant confier ses histoires à ses contemporains il les racontait à un lecteur du futur. Cette nécessité d’écrire, de laisser une trace, au risque de ne jamais être lu m’a fascinée. Avec cette nouvelle recherche je souhaite m’intéresser à ces histoires que l’on enfouit et comment, par le biais de la fiction, elles peuvent refaire surface. À qui pouvons nous raconter ces histoires cachées ? La fiction peut-elle libérer l’indicible ?

 

Dates à confirmer

Cie Yvann Alexandre (Nantes – 44)

Au crépuscule du coeur – un lac des cygnes amazonien | danse contemporaine| tout public

Confronter mon écriture graphique et abstraite, qualifiée de calligraphie de l’intime, aux coeurs et corps, cultures et gestes de la richesse culturelle de l’Autre sur le territoire mythique de l’Amazonie.
Ce lac des cygnes se nourrit des fleuves frontières et bassins, des peuples autochtones, de la rencontre des eaux noires et blanches qui donnent l’Amazone et de ces mouvements d’eau qui irriguent la forêt Amazonie. Le rapport au temps bien-sûr, aux couleurs de terres et de verts, plumes et rites. L’Amazonie comme espace d’imaginaire donc. Mais pas seulement, par un livret qui touche aux luttes des classes et aux oppositions, aux imaginaires et rituels, mais également aux territoires et espaces intimes à sauvegarder.
Un lac végétal aux eaux noires, au crépuscule du coeur, pensé tel un espace de lutte à sauver ce qui est essentiel et menacé. Ce projet est une vision forte et prégnante, récurrente. Un rêve tourmenté.

 

Chaque compagnie accueillie propose des ouvertures studio. Les dates et horaires seront disponibles tout au long de la saison sur le site internet et le Facebook de la Compagnie LOBA.

LES DISPUTES ARTISTIQUES

Moment d’échanges ouverts à tous, de débats, de confrontations, la dispute artistique est le point d’orgue de la saison et a pour objet de remettre au centre les questions artistiques et de création. A l’invitation d’Annabelle Sergent, et sous la direction d’un modérateur, chaque dispute est l’occasion de formuler des questions artistiques et de création.

Prochaines disputes artistiques à venir…

Les dates et horaires seront disponibles tout au long de la saison sur le site internet et le Facebook de la Compagnie LOBA.
Les disputes artistiques, enregistrées sous forme de pastilles sonores sont disponibles sur le Tumblr de la Compagnie LOBA.

MÉDIATIONS PUBLIQUES

Différents parcours de médiation, imaginés en lien avec des publics scolaires, rythment chaque année la saison du padLOBA :

Parcours avec les primaires : (en cours)
Parcours avec les collèges : (en cours)

 

LES MISES À DISPOSITION

La Compagnie LOBA ouvre les portes du pad aux compagnies qui en font la demande.
Celles-ci peuvent venir pour un travail de recherche, de création, ou de reprise de spectacle.

Pour toute demande de mise à disposition, appeler au 02 41 27 36 00 ou contact@padloba.org

Les studios

Studio du haut | Jauge maximum de 19 personnes
Dimensions : 8.50 m. d’ouverture | 9.80 m. de profondeur
Hauteur sous plafond : 3,23 m.

Studio du bas (mutualisé avec la compagnie nathalie béasse et le collectif BLAST) | Jauge maximum de 49 personnes
Dimensions : 4.80 m. d’ouverture | 7 m. de profondeur
Hauteur sous plafond : 2,90 m.

Partenaires :

Le THV de Saint-Barthélemy-d’Anjou
PJP49 – réseau de soutien à la création et à la diffusion
12 lieux du département de Maine-et-Loire se sont associés pour coopérer ensemble au service du spectacle vivant jeune public : THV – Saint-Barthélemy-d’Anjou / Villages en Scène – Pays du Layon / Théâtre des Dames – Les Ponts-de-Cé / Théâtre – Tiercé / Théâtre de Saumur – Saumur Agglomération / Théâtre Philippe Noiret – Doué-en-Anjou / Le Cargo – Segré / Espace Culturel Léopold Sédar Senghor – Le May-sur-Èvre / Saison jeune public de l’Entente-Vallée – Beaufort-en-Anjou / padLOBA – Angers / Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire / Scènes de pays dans les Mauges – Scène conventionnée « Artistes en territoire », Beaupréau-en-Mauges (49)

 

Le padLOBA remercie ses soutiens :

 

     

 

>> Pour recevoir la newsletter du padLOBA, inscrivez-vous auprès de contact@padloba.org